197, rue de Tolbiac - 75013 PARIS

Tél. : 01 45 88 21 63

Le henné, ‘la plante du paradis’

Au départ, le henné, c’est un arbuste épineux, pouvant culminer jusqu’à 6 mètres de haut. Mais ce n’est pas de sa stature ou de sa place dans le catalogue botanique que cet arbre tient sa réputation. Selon que l’on utilise, les feuilles, les fleurs ou d’autres parties de la plante, le henné dispose de quantité de principes actifs bénéfiques pour l’homme. En infusion, en application sur la peau ou, bien sûr, en teinture pour cheveux. Le henné semble être une source d’inspiration et de soin sans fin.

Qu’est ce que le henné ?

Le henné (ou Héna), de son nom botanique complet Lawsonia Inermis, est donc un arbuste épineux originaire des contrées Arabes. Selon les critères définis par la pharmacopée, on distingue 7 formes de henné. Cette classification tient compte du lieu de la récolte, de l’âge de la plante et de la partie de l’arbre qui est exploitée. De surcroît, le henné peut appartenir à trois familles botaniques différentes, selon son espèce particulière :

  • Le henné naturel, le plus couramment recherché, Lawsonia Inermis ;
  • Le henné neutre, Cassia Obovata ;
  • Le henné noir, Indigofera Tinctoria

Parmi les constituants chimiques naturels qui composent la plante de henné naturel, la phytochimie a pu isoler de nombreuses molécules. Inutile de toutes les citer. Mais on retiendra notamment les terpénoïdes pour leurs effets antimicrobiens, le lawsone pour ses propriétés tinctoriales, les xanthones pour leurs capacités anti-inflammatoires en plus de leur pouvoir antioxydant, les acides gras, les acides aminés et les huiles essentielles…

De fait, le henné ne se réduit pas au simple rôle d’agent de coloration henné cheveux blancs, ses propriétés médicales sont reconnues depuis longtemps. Utilisé comme un antiviral, un antiparasitaire, un antifongique, un antimicrobien, un anti-inflammatoire, voire plus encore, le henné a déjà fait preuve des bénéfices qu’il pouvait accorder à l’homme. Et l’affaire n’est pas récente.

Depuis quand utilise-ton le henné ?

Selon les traces les plus anciennes recueillies, les égyptiens antiques seraient les premiers à en avoir fait une utilisation régulière et massive, il y a plus de 5 000 ans. Du moins, les traces découvertes sur les momies datant de ces époques sont sans équivoque. Mais les propriétés de la plante ont sans doute été découvertes avant encore, chez les Sumériens ou les Babyloniens. Quoiqu’il en soit, depuis la nuit des temps, les propriétés tinctoriales de la plante sont utilisées. Notamment dans de nombreux rites liés au mariage, comme c’est le cas dans l’Assyrie antique, ou comme le révèle la légende de Baal et Anath, datée de 2 100 av JC. Plusieurs textes de l’antiquité, arabe, perse, grecque ou romaine décrivent le henné comme un produit cosmétique. Et l’on en trouve des traces d’utilisation jusqu’au Viêt-Nam.

Les preuves de l’utilisation du henné pour de multiples raisons foisonnent. Et ses qualités n’ont cessé d’être vantées au fil du temps. Aucun colorant synthétique ne saurait aussi bien prendre soin des cheveux, les renforcer, les soigner et les colorer comme le fait le henné. Dans les faits, le henné était bien souvent plus utilisé à titre curatif pour les cheveux, la teinture n’étant qu’un bénéfice secondaire. Il semblerait que le temps passant, la coloration cheveux henné soit devenue le premier intérêt de la plante. Mais elle soigne toujours autant.

Quels sont les bienfaits du henné ?

On ne va pas se mentir, les bienfaits du henné sont très nombreux, et sur plusieurs plans :
– Sur le plan thérapeutique d’abord. On l’utilise pour soigner les ongles malades et chasser les poux. Les feuilles ont des vertus antimicrobiennes, antifongiques, bactériostatiques et antispasmodiques. Ces mêmes feuilles, une fois humectées, ont des propriétés astringentes et se révèlent très cicatrisantes. On l’utilise en infusion contre les diarrhées, les ulcères, la lithiase rénale, et même comme collyre pour certaines ophtalmies ! Et l’on ne compte pas toutes les autres utilisations, plus ou moins avérées, mais remplissant de pleines pages de dictionnaire des médecines traditionnelles et/ou ancestrales.
– Sur le plan dermatologique. Le henné a acquis la réputation de purifiant et de nettoyant pour la peau.
– Sur le plan cosmétique. Il embellit et adoucit la peau.
– En parfumerie, où le parfum des fleurs séduit beaucoup en Tunisie et au Moyen-Orient.
– En maroquinerie pour teinter les cuirs et les peaux de bêtes.
– Pour les tatouages, définitifs ou éphémères.
– Et bien sûr en teinture et renforçant capillaire. Le henné dispose d’un pouvoir revitalisant, qui contribue à fortifier les cheveux. Il est antipelliculaire et régule l’excès de sébum. Il apaise e cuir chevelu, chasse les poux et rend les cheveux brillants et souples.

Si les principaux bienfaits du henné sont bien connus, on lit parfois de drôles de choses sur sa toxicité éventuelle. Effectivement, le henné peut être toxique… Si on le mange… Faites surtout attention aux enfants, qu’ils n’ingèrent pas la poudre qui serait restée trainer sur la table de la cuisine en la prenant pour une épice… L’utilisation de henné sur un nourrisson est fortement déconseillée. Evitez l’absorption percutanée. Pas de tatouages tribaux au henné donc, surtout pendant la petite enfance.

Notez que les cas de toxicité avérée ne sont pas fréquents. Toutefois, la lawsone provoque un stress oxydant qui a pour effet de réduire les globules rouges et les G6PD, d’où l’hémolyse parfois constatée. De récentes études tendraient à prouver que ces problèmes suite à l’ingestion ou l’absorption de henné seraient rendues possibles par un terrain déjà favorable, notamment chez les personnes qui possèdent des défenses anti-oxydantes dégradées. Pour toutes les autres applications extérieures, aucune toxicité n’est reconnue.

La coloration henné

La coloration henné peut s’effectuer de manières différentes. Selon que vous utilisez le henné naturel ou le henné neutre, les effets ne seront forcément pas les mêmes. Ce que les deux plantes ont en commun, c’est le rendu léger, revitalisant et soyeux. Les reflets sont augmentés et les cheveux sont vivants. Le henné naturel va permettre de rajouter une touche de coloration. Sur les cheveux bruns, le henné naturel donnera des reflets auburn, voire cuivrés. Sur des cheveux châtains, les reflets iront du rouge à l’acajou.

Au moment d’acheter votre produit, faites donc bien attention entre le henné naturel et le henné neutre, d’autant que ce dernier est parfois appelé henné nature… Préférez ensuite les ustensiles en bois plutôt qu’en métal, pour mélanger votre poudre à l’eau. Utilisez de l’eau tiède et ajoutez-y du thé, pour renforcer la teinte, ou du jus de citron. Portez toujours des gants. Le henné dispose d’un très fort pouvoir tinctorial, y compris sur les mains et sur les vêtements. Pour une teinture henné cheveux blancs, repasser deux à trois fois. Il se peut que la première teinture commence par jaunir le cheveu avant de vraiment le foncer après les passages suivants.