197, rue de Tolbiac - 75013 PARIS

Tél. : 01 45 88 21 63

Nos conseils pour passer sereinement d’une coloration chimique à une coloration végétale

Vous avez été adeptes de la coloration chimique des années durant mais vous êtes lassée des irritations de votre cuir chevelu, de la tonne de produits de beauté du cheveu que vous devez acheter régulièrement et de l’impact néfaste de ces produits sur l’environnement. Naturellement, vous décidez désormais de passer à la coloration végétale. Avant de vous lancer et afin d’éviter les légers désagréments dus au passage du chimique au naturel, prenez quelques précautions.

Les différences majeures entre coloration chimique et coloration végétale

Outre l’utilisation de produits chimiques, la principale différence entre coloration chimique et coloration végétale vient du protocole de coloration en lui-même. Alors que la chimie permet d’ouvrir le cheveu en l’écaillant, puis de le vider de sa substance pigmentaire avant de lui infliger une nouvelle couleur chimique de force (sans les nutriments naturels bien entendu) et demande ensuite de multiples soins pour tenter de refermer les écailles, la coloration végétale se contente d’enrober le cheveu avec des pigments naturels qui jouent le rôle de gaine et de voile à la fois protecteur et permettant de corriger la couleur de quelques tons.

Deux approches radicalement différentes dans leur philosophie. Les autres différences se jouent à d’autres niveaux. Par exemple, la conscience du néfaste des produits chimiques de synthèse à tous les niveaux. Ou la prise en compte du temps de pose, plus long du côté de la coloration végétale, mais donnant une couleur qui tient aussi plus longtemps. Ou encore l’impossibilité de décolorer les cheveux naturellement. Par contre, la coloration végétale couvre aussi bien les cheveux blancs que la coloration chimique, pour un résultat plus soyeux et des cheveux plus forts.

Passer de la coloration chimique à la coloration végétale

Compte tenu de la différence principale entre les deux processus de coloration, passer de la chimie au naturel demande le respect d’un protocole précis, sous peine de faire subir quelques désagréments à ses cheveux. Avant de colorer vos cheveux naturellement, vous devrez les soigner. Rappelez-vous. Les écailles sont ouvertes, les cheveux sont devenus poreux et sont recouverts d’une gangue de silicone sensée les protéger mais apportant de nouveaux problèmes. Il faut donc évacuer la silicone et réparer les écailles en profitant pour nettoyer le cuir chevelu des divers polluants chimiques accumulés.

Pour ce faire, vous allez avoir recours au masque détox pour cheveux. Des masques naturels, à base d’argile verte, de rhassoul ou tout autre produit naturel, minéral ou végétal capable d’absorber les impuretés. Et dites-vous bien qu’un seul masque ne suffira pas. Si vous prévoyez une coloration végétale le 15 juin, faites votre premier masque autour du 20 mai. Et recommencez au moins deux fois avant la date de votre coloration. Le but ? Que votre corps prenne le temps de reconstruire vos cheveux et votre cuir chevelu.

Le jour de votre première coloration végétale

Si vous n’avez jamais eu recours à la coloration végétale avant, nous ne pouvons que vous recommander de faire votre couleur en salon. Les mélanges de poudre, la constitution de la pâte, les éléments incontournables à connaître (nature de vos cheveux et de votre cuir chevelu, types de réactions, …) le temps de pose, les effets obtenus… Il y a beaucoup de paramètres susceptibles de venir vous perturber lors de votre grande première. En outre, en plus de l’aspect professionnel, vous obtiendrez de précieux conseils pour la suite. Notez également que le salon pourra vous proposer un soin ayurvédique, et d’autres prestations auxquelles vous n’auriez pas pensé, souvent recommandés au moment charnière du changement de type de coloration. Pensez aussi à la gamme de produits shampoings et après-shampoings que vous allez devoir changer. Là encore, les conseils pro ne seront pas de trop.