197, rue de Tolbiac - 75013 PARIS

Tél. : 01 45 88 21 63

Les mèches à l’argile, un balayage bio pour éclaircir ses cheveux ?

La coloration végétale séduit de plus en plus de femmes. Le soin apporté au cheveu par les plantes tinctoriales, la nocivité des produits chimiques, le coût que représente la collection indispensable de produits nécessaires à l’entretien de la masse capillaire quand on use et abuse de la chimie et des shampoings issus de l’industrie chimiques, sont quelques uns des arguments qui font de la coloration végétale une alternative efficace de plus en plus prisée. Logique dès lors que les grandes marques de la cosmétique se penchent sur le bio dans les salons de coiffure.

Un intérêt certain pour le bio… En apparence

Il se produit dans l’industrie cosmétique exactement la même chose que dans l’industrie alimentaire. Un grand greenwashing. De la même façon que les grandes marques de l’agro-alimentaire verdissent leurs packaging et collent de grandes étiquettes bio sur leurs emballages, les marques de cosmétiques inventent de nouveau procédés sensés assurer à leurs clientes que leur produit chimique est bio. Attention à la tromperie permanente. Sans jeu de mots…

La nouvelle arme de l’industrie cosmétique pour lutter contre l’avènement du retour à la nature, ce sont les mèches à l’argile. Un balayage vendu comme étant naturel, voire bio, comme écrit sans vergogne dans les pages des magazines de mode. Pourtant, à peine quelques lignes après les titres accrocheurs promettant un balayage bio, ces journaux indiquent clairement que la méthode consiste à allier l’argile, les pigments naturels et … L’eau oxygénée. Cosmopolitan assure même que le tout donne un pouvoir purifiant aux cheveux !

Les raisons du mensonge

Non seulement la phrase n’a aucun sens (les cheveux ont un pouvoir purifiant ? Vraiment ? Et ils purifient quoi ? L’air autour d’eux, les draps, le col de la veste ?), mais de surcroît le procédé n’est pas naturel. Pas plus qu’il n’est bio. Le simple ajout d’eau oxygénée, visant à décolorer les cheveux pour mieux les teindre par la suite, suffit à invalider l’affirmation, pourtant présente jusque dans certains salons de coiffure bio. Pourquoi ce mensonge ?

Pour deux raisons. D’abord, pour essayer de reprendre le contrôle total du marché des produits de coiffure en faisant semblant d’écouter les demandes de la clientèle et en lui fournissant des nouveautés sensées la conserver dans les salons classiques. Des salons classiques qui auraient compris le message et évolueraient dans le bon sens, mais toujours fournis par les mêmes 5 à 6 enseignes qui contrôlent le marché jusque dans les écoles de coiffure.

La décoloration bio est impossible, tout simplement

Mais surtout pour palier à un manque de la coiffure végétale et de la coloration bio ; la décoloration. En effet, la coloration végétale ne permet pas de passer du brun au blond. En d’autres termes, s’il est possible d’éclaircir un peu les cheveux foncés à l’aide de pigments naturels, il n’est pas possible de les décolorer complètement. Et ce, pour une raison simple, la coloration naturelle au henné a pour effet d’enrober le cheveu, quand la coloration chimique ouvre les écailles pour vider la fibre de sa substance pigmentaire (et autre) avant qu’un nouveau pigment ne vienne combler le vide. Avec de l’eau oxygénée, les écailles s’ouvrent et, par conséquent, abîment forcément la fibre capillaire.

En proposant ce nouveau balayage à l’eau oxygénée (et accessoirement à l’argile et aux pigments naturels pour l’impression du bio), les salons de coiffure qui se proclament ‘bio’ trompent leurs clientes dans le seul but de concurrencer la coloration chimique en garantissant un éclaircissement notable des cheveux. La conséquence de cette mauvaise communication, c’est l’installation d’un flou dans l’esprit des clientes. A quoi bon aller chez le coiffeur bio si l’on trouve a même chose chez le coiffeur standard ? Au final, les coiffeurs bios qui acceptent de pratiquer ce genre de balayage faussement bio jouent le jeu de l’industrie cosmétique et se tirent une balle dans le pied. Il ne sert à rien d’aller jouer sur ce terrain là. On le répète ; coiffeurs classiques et coiffeurs bios ne sont pas concurrents. Ils vivent selon deux philosophies différentes. Chez Doriath coiffure, nous ne proposons pas et ne proposerons jamais ce type de balayage à l’eau oxygénée, même s’il y a un peu d’argile et quelques pigments naturels dedans. Nous ne faisons pas de compromis ! D’autant plus si cela a pour effet de tromper la clientèle sur la réalité du soin prodigué.