197, rue de Tolbiac - 75013 PARIS

Tél. : 01 45 88 21 63

La coloration végétale, l’alternative naturelle pour camoufler ses cheveux blancs

Dans un monde obnubilé par l’apparente jeunesse, l’apparition des premiers cheveux blancs peut provoquer des sentiments divers, pas toujours agréables à vivre. Très vite, nous prenons sur nous de les camoufler, afin de toujours montrer une chevelure pleine de vigueur, une chevelure que l’on aime voir dans le miroir aussi, un teint qui nous fait du bien. Mais alors que le réflexe consumériste nous pousse à la coloration chimique, pourquoi ne pas couvrir ses cheveux blancs grâce à une coloration végétale ?

Le mythe de l’efficacité chimique

De la même façon que la société moderne nous fait passer des constructions de parpaings et de béton pour des habitations traditionnelles, elle nous vend la coloration chimique comme la seule efficace, durable et sans aucun danger. Beaucoup de mensonges en une seule promotion. En effet, les produits chimiques présents dans ce type de coloration ouvrent littéralement les écailles des cheveux pour faire pénétrer la couleur à l’intérieur, en détruisant au passage toutes les protections naturelles dont nous disposons. Résultat ; des cheveux qui deviennent vite secs et cassants et un besoin en produits de soins hallucinant, pour réparer constamment les méfaits des produits chimiques.

A l’inverse, la coloration végétale couvre les cheveux et n’intervient donc jamais à l’intérieur de la fibre. De plus, les composantes de ces colorations sont exclusivement naturelles. Elles proviennent toutes de plantes, réduites en poudre. Parmi ces poudres, on en compte trois plus utilisées que les autres ;
– Le « Cassia Obovata », que l’on appelle également ‘henné neutre’ et qui permet de neutraliser, le cas échéant, les reflets de certains mélanges ;
– Le « Lawsonia Inermis », appelé ‘henné naturel’, connu depuis l’antiquité dans tout le bassin méditerranéen, notamment chez les peuples arabes. Les feuilles du Lawsonia Inermis permettent d’obtenir des teintes rouge-orangées ;
– l' »Indigo », également connu depuis l’antiquité, notamment en Inde. On distingue plusieurs sources d’indigo pour un résultat tendant vers un rendu marron, châtain…

Mixer les teintes pour obtenir la coloration désirée

Sur la base de ces trois plantes, et à l’aide d’autres teintures naturelles, il est possible d’obtenir de nombreuses couleurs différentes, délivrant des résultats plus ou moins identiques en fonction des caractéristiques de nos cheveux. Pour être certaine du résultat, il faut en passer par des essais et connaître en profondeur la nature de ses cheveux. Mais une chose est sûre, le haut pouvoir couvrant des teintures naturelles permet de camoufler 100 % des cheveux blancs… Naturellement et sans agression du cuir chevelu. La seule limite des colorations végétales, c’est la décoloration. Alors que l’inverse est tout à fait possible, il est impossible de passer du brun au blond avec des teintures végétales.

Une question de philosophie

Pour autant, avons-nous réellement besoin d’arborer des couleurs non-naturelles, pour suivre une mode, ou pour mieux accompagner les vêtements que nous portons ? Dans les faits, la coloration n’est que la poursuite logique de notre philosophie de vie. Tout dépend donc de l’angle sous lequel nous abordons notre propre existence. Être ou paraître. Produits de synthèse artificiels ou produits naturels. Adaptation à l’environnement ou, au contraire, aménagement de l’environnement. Fast-food et plats préparés, ou cuisine à la maison.

L’autre avantage des colorations naturelles, c’est le soin qu’elles apportent aux cheveux. Plus besoin de 4 ou 5 shampoings, après-shampoings, baumes nourrissants ou autres produits spécialement développés par les firmes pour entretenir le mythe de l’efficacité chimique. Une coloration végétale couvre les cheveux, les gaine, et les nourrit. Elle apporte de surcroît une brillance naturelle et ne provoque aucune allergie, irritation ou chute de cheveux. Bien sûr, pour entretenir sa coloration végétale, il faut malgré tout faire attention aux shampoings que nous utilisons ; sans parabène, sans sulfates et sans silicones…