197, rue de Tolbiac - 75013 PARIS

Tél. : 01 45 88 21 63

Santé et coloration des cheveux. Est-ce compatible ?

En France, plus de 60 % des femmes de plus de 18 ans useraient régulièrement de teinture pour leurs cheveux. La chose est devenue tellement fréquente qu’elle est entrée dans les mœurs. Si bien que ce qui autrefois pouvait passer pour un épiphénomène est aujourd’hui une pratique courante. Mais qu’en est-il du principe de précaution quant aux produits que nous utilisons pour teindre nos cheveux ? Sont-ils réellement respectueux de notre santé et de notre environnement ? À l’heure où les scandales sanitaires chimiques éclatent dans tous les domaines, quelle confiance pouvons-nous accorder aux teintures chimiques ?

Il y a dix ans, nous étions très peu à réfléchir sur ce type de questions. Mais depuis quelques années, nous pouvons mesurer la prise de conscience collective, grandissante, de gens toujours plus nombreux prônant le retour à la terre, un retour à l’essence-ciel. Et ce qui est vrai pour la nourriture, l’est aussi pour tout ce qui peut toucher à notre peau, à nos cheveux, à commencer par les shampoings et les produits de teinture. Petit à petit, la recherche de nutriments naturels au détriment du synthétique semble vouloir faire basculer notre société du tout chimique au naturellement naturel.

Quels sont les différents types de colorations chimiques ?

De façon générale, on peut distinguer trois types de colorations chimiques;

  • Les colorations permanentes;
  • Les semi-permanentes;
  • Les temporaires

Et bien entendu, ce sont essentiellement les premières qui peuvent poser problème. Le but d’une coloration permanente est de faire durer la couleur dans vos cheveux. Pour ce faire, elle ne peut se contenter de rester en surface. Elle doit pénétrer la fibre. Pour l’aider, on injecte donc un cocktail d’ammoniac et d’eau oxygénée. Sous la pression de ces deux composés chimiques, les cheveux ouvrent leurs écailles et la couleur peut pénétrer au cœur du cheveu. En quelques sortes, on peut dire que les produits chimiques piègent les cheveux pour ouvrir le passage à la couleur… Ou à tout autre élément qui se trouverait happé dans le feu de l’action.

Les colorations semi-permanentes sont moins agressives. Elles ne font que recouvrir l’écaille des cheveux, sans jamais y pénétrer. Elles tiennent aussi moins longtemps, mais ont un but différent ; ranimer les reflets ou modifier légèrement une couleur une couleur, en recouvrant environ 50 % des cheveux. Quant aux dernières, elles procèdent plus de la fantaisie et résultent simplement de composés chimiques issus de l’industrie du textile et que l’on dépose sur la surface du cheveu. Les reflets réfléchissent dans la lumière et attirent les regards.

Quels sont les risques liés aux colorations chimiques ?

Entre une étude datant de 2001 concluant à l’accroissement du risque de cancer d’un côté et les études ‘indépendantes’ financées par les labos de chimie affirmant que les produits chimiques contenus dans les teintures étaient totalement inoffensives, il y sans doute un juste milieu. S’il n’est pas prouvé que les produits chimiques contenus dans les teintures soient source potentielle de cancer, il est tout de même avéré que certains composés comme le PPD (rien à voir avec la coiffure de l’ancienne star française du JT) provoquent des allergies, voire des gênes respiratoires.

Et chacun sait ce qu’il peut advenir d’une allergie ou d’une gêne respiratoire. D’autre part, le fameux PPD est interdit dans tous les produits cosmétiques touchant directement à la peau, et n’est accepté dans les teintures pour les cheveux qu’à hauteur de 6 % maximum. Mais alors, qu’est à dire ? Que les cheveux n’entrent jamais en contact avec le reste de l’organisme ? Si ces produits sont dangereux pour la peau, comment ne peuvent-ils pas l’être pour les cheveux ? Surtout quand on sait comment d’autres composés chimiques procèdent pour laisser la couleur s’implanter dans le cheveu.

Comment ne pas penser que des produits fabriqués synthétiquement puissent avoir une ou plusieurs conséquences sur l’organisme ? De la même façon que notre système digestif ingère les intrants chimiques de l’agriculture intensive, ou que nos poumons aspirent aussi les polluants, il est évident que les cheveux absorbent également ces composés potentiellement nocifs. Ces éléments ne sont pas présents naturellement dans notre environnement. Il est donc normal que notre organisme, s’il est exposé, réagisse de façon inattendue, voire sur-réagisse.

Vers l’avènement de la coloration non chimique

Si la chimie a sans doute permis à l’humanité de progresser dans de nombreux domaines, elle a aussi grandement contribué à l’empoisonner. Pour certains, dont nous sommes, le temps du retour à la terre est venu. Cela ne signifie pas qu’il faille abandonner la modernité. Mais reconnaissons que l’industrialisation des produits, dans tous les domaines, n’a pu entraîner qu’une baisse visible des qualités, au bénéfice d’actionnaires toujours plus heureux de compter leurs dividendes. Si le savoir-faire semblait avoir perdu sa place au détriment du tout chimique, les choses changent et le retour à la coloration naturelle se fait… naturellement.

Lassées d’absorber des produits que vous ne connaissez même pas, des composés chimiques des quels vous ne savez absolument rien ? Fatiguées de devoir toujours supporter les séances de permanentes désagréables et éprouvantes pour votre cuir chevelu ? Douteuses quant à l’innocuité proclamée des produits utilisés ? Vous semblez prêtes pour découvrir la coloration naturelle, respectueuse de vos cheveux et de votre environnement. Les eaux usées ne seront plus jamais chargées de produits chimiques se déversant au compte goutte à chaque fois que vous faites un shampoing.

Contrairement à ce qui est avancé, l’offre en matière de coloration naturelle est aussi importante que celle relative aux produits chimiques. Si le henné est déjà très connu depuis des siècles, les plantes et pigments naturels ne sont pas en reste. Le thym, la sauge ou le romarin délivrent de beaux reflets sur les cheveux foncés. La camomille allemande dore les cheveux blonds. Le thé fonce les cheveux. Et bien d’autres pigments encore provoquent des réactions naturelles différentes selon votre couleur de départ et la santé préalable de vos cheveux.

Dans l’absolu, vous pouvez aussi créer vos masques de soins et de coloration à la maison. Faites séchez les feuilles de la plante visée et infusez la poudre obtenu dans un litre d’eau. Si vous souhaitez éclaircir vos cheveux, ajoutez un peu de jus de citron. Pas besoin d’eau oxygénée. Dans le commerce, vous trouverez de plus en plus de labels et de certifications bios sur de nombreux produits de coloration. Mais rien ne remplacera le savoir-faire et la science du dosage entre les pigments d’un coiffeur spécialisé dans la coloration naturelle. Vous pouvez enfin penser à une coloration cheveux sans produits chimiques.